D'ailleurs, je ne suis pas le seul dans ce cas, il y a Joseph aussi. Mais pour lui c'est tout naturel, Joseph n'est jamais content. L'autre jour, il s'est plaint de l'étroitesse des rames du métro. Quelques années auparavant, une telle chose n'aurait même pas pu être envisagée. Ou alors elle aurait été exceptionnelle, alors que maintenant cette grève est toujours la même ; à force, je crois que je la connais depuis toujours et pourtant je ne saurais pas même vous dire son nom. Mais au point où nous en arrivons, ça n'a plus la moindre importance.

page suivante

écrire